en passant Over 300 years of Masonic Ritual par Martin GANDOFF

livres

– Over 300 years of Masonic Ritual par Martin GANDOFF –

mp3-icon

Pour vous rendre sur le site de l’éditeur, cliquez sur l’image suivante

over300yearsofmasonicritual

                Voici quelques mois que je me devais de vous faire le compte-rendu de lectures d’un ouvrage admirable : Over 300 years of masonic ritual de Martin Gandoff. Mais le temps et les circonstances m’ont mené vers d’autres obligations, et c’est à la faveur de la froideur de l’automne que je puis désormais revenir vers cette pièce d’architecture remarquable.

En réalité, je vais vous avouer quelque chose, j’ai pris tellement de notes de bas de pages, que 100 fois à peu près j’ai repoussé l’échéance de vous en faire une chronique tellement il y avait de choses à en dire.

Avec le recul, je me dis que, sans le savoir, il me fallait d’abord digérer la masse d’informations avant d’espérer vous en parler correctement.

J’ai ainsi passé un été horrible dans la culpabilité et le remord de n’avoir pu honorer mon engagement de chronique d’un livre que j’ai tant aimé et je prie l’auteur et Lewis Masonic de m’en pardonner. Car ce livre m’a été généreusement fourni par l’éditeur Lewis Masonic, à ma demande personnelle. Il est utile de le préciser.

En tout cas, pour réparer mon manquement, permettez-moi de vous dire que ce livre de Martin Gandoff est un livre essentiel pour qui veut commencer à travailler le Rite Anglais de style Emulation ou qui veut comprendre la franc-maçonnerie britannique. Et je ne vous dis pas ça parce que je l’ai eu gratuitement, mais bien parce que je l’ai aimé.

Si je ne l’avais pas aimé, j’aurais fait comme je l’ai toujours fait, j’aurais contacté l’auteur ou l’éditeur et j’aurais donné mes raisons de ne pas en parler à mes auditeurs. C’est déjà arrivé.

Alors certes, il vous faudra comprendre l’anglais. Mais pour bien comprendre la maçonnerie britannique, comme on dit toujours à la LNF, parler anglais est un prérequis.

Ainsi, ce livre est essentiel tout d’abord parce que, à ma connaissance, personne ne l’avait fait sérieusement de manière aussi complète et sans se prendre au sérieux. Traiter l’histoire de 300 ans de franc-maçonnerie britannique et avec autant de simplicité, cela n’avait jamais été fait.

De manière pompeuse, oui. De manière tronquée, oui. De manière inexacte, oui. De manière aussi sérieuse mais avec parfois des pointes d’humour, jamais. Car ce livre explique à peu près tout et compile même à peu près tout ce qu’il y a à savoir pour débuter son travail au rite anglais, ou bien pour continuer celui existant.

Je ne vous le cacherai pas, mon exemplaire est vraiment rempli de notes !

Mais commençons donc par le détail.

Tout d’abord, oubliez le découpage du livre. Il est utile, il est très bien réalisé, mais il ne vous aidera pas à en tirer la substantifique moelle.

Découpons plutôt l’ouvrage en trois parties :

La première partie, je l’intitule : « je ne connais rien à l’histoire de la franc-maçonnerie britannique ou je crois tout savoir, mais en fait, je vais recevoir une petite leçon d’humilité ».

Cette partie va jusqu’à la page 171 et explique de manière historico-contextuelle la franc-maçonnerie britannique. Donc en gros, les deux tiers du livre, c’est de l’Histoire, mélangée à des retours aux textes fondateurs, mais nous reviendrons plus tard sur la méthode. En tout cas, même si vous pensez ne pas aimer l’Histoire, vous aimerez celle-là.

Puis, il y a un deuxième niveau, plus court, mais essentiel. C’est celui qui reprend l’ensemble des théories des origines de la maçonnerie jusqu’aux loges of Improvement des années 1820. C’est ultra court, et je trouve que cela aurait d’ailleurs mérité un plus grand développement. L’Union de 1813 est pour moi beaucoup plus importante à détailler dans les grandes longueurs que l’auteur ne le propose. Mais respectons les choix éditoriaux.

Enfin, une minuscule troisième partie a attiré mon attention avec stupéfaction car je n’avais jamais lu cela avant, il s’agit à la page 204 à 229 qui n’est rien de moins qu’une introduction à l’étude et à la recherche. Mais pas de manière poncive, non ! L’auteur présente les différents types de workings du rite anglais et vous donne carrément la liste des ouvrages et des sites essentiels où trouver des documents.

Pour les frères et les sœurs qui ne le savent pas, les workings sont en réalité des variations du Rite Anglais. En effet, dans la franc-maçonnerie britannique, à la différence de la maçonnerie française, il n’y a pas une dizaine de rites pratiqués, mais ce que l’on nomme des « workings », des manières de travailler en loge. Celles-ci sont similaires sur de nombreux points, mais peuvent différer sur certains mots, ou certains gestes. Car au XIX ès de nombreuses loges existaient déjà. Et lorsque le Rite Anglais fut instauré, certaines loges firent un peu de résistance en laissant par-ci par-là, quelques vestiges de leur manière de travailler précédemment.

Et à ma connaissance, c’est le premier livre à avoir pris le temps de recenser la majorité de ces workings en essayant de nous dire en quoi ils étaient différents les uns des autres. Pour qui aime travailler le Rite Anglais de style Emulation, c’est passionnant !!!

Et aux pages 223 à 227, l’auteur fait ce que peut d’auteurs font, il vous mâche le travail pour commencer à faire de la recherche historique en franc-maçonnerie.

Si je dis ça, c’est que, d’ordinaire, lorsque l’on rédige un livre, un mémoire, ou une thèse, on compile à la fin l’ensemble des livres que l’on a consulté pour rédiger cet ouvrage, ou que l’on fait semblant d’avoir consulté pour se donner de la stature, mais Martin Gandoff, lui, est un bon frère qui agit avec zèle et ferveur. Martin a ainsi réalisé des tableaux très clairs qui vous disent « Ce livre tu peux le lire car il est important, ce site internet tu peux y aller car il y a des documents ».

Oui, vous m’avez bien entendu, il vous donne carrément ses sources personnelles de recherche. Ce que personne ne fait jamais. En général, chaque historien ou historiologue essaie de gratter dans les notes de bas de page des indices de livres ou de site qu’il serait intéressant de consulter, et quand il trouve une pépite, il la récupère sans en avertir personne ; et quand il trouve un site internet avec de nombreux documents, il passe une semaine à tout piller en espérant que le site internet ne disparaitra pas avant la fin de la forfaiture.

Par exemple, citons ainsi le site Harmonie699.org qui propose en version pdf les originaux de nombreuses publications des sources de la franc-maçonnerie[1]. Vous pouvez donc désormais commencer à piller ce site.

D’ailleurs, beaucoup de chapitres commencent d’ailleurs ou sont parsemés par la suggestion de lectures de qualité. Que ce soit des prestonian lectures, ou des articles d’AQC bien spécifiques. Je vous avouerai d’ailleurs que mes notes en marge du texte indiquent souvent « à trouver » et « à citer ».

Mais ce qui m’a, par-dessus tout, enthousiasmé, c’est l’étude des textes fondateurs qui sont distillées dans l’ouvrage.

Ces textes étant un peu mon violon d’Ingres, ce fut très agréable de voir que cette passion pour de vieux écrits obscurs est quelque chose qui n’est pas partagée que par des frères travailleurs mais trop sérieux. En effet, tout au long de l’ouvrage, l’auteur s’amuse !

Il fait de la vulgarisation historique et rituellique, et il s’éclate !

C’est un livre sérieux, mais réalisé sans que l’auteur ne se prenne au sérieux. Pour exemple, je prendrai la page 221 où l’auteur nous parle de son chapitre 1 qui est un résumé d’histoire anglaise à la période médiévale. Il nous explique qu’il l’a réalisé pour lui, et pour les lecteurs, pour comprendre pourquoi et comment certaines habitudes ont évolué dans l’Angleterre de cette époque, mais il nous précise en gras «  Vous pouvez l’ignorer si vous le trouvez barbant ! ».

En résumé, pour qui s’intéresse à la franc-maçonnerie anglaise, et donc aux fondations de la franc-maçonnerie universelle, ce livre est essentiel et désormais je sais que je le recommanderai à tous les cherchant qui souhaitent débuter sur le chemin de la connaissance maçonnique livresque.

Son seul bémol, à mon avis, est qu’il aurait été utile d’avoir une explication plus politique de l’Angleterre dans les années 1710 – 1730, les partis politiques en présence, les jeux de pouvoir, les réformes entreprises, afin de mieux comprendre la naissance de la maçonnerie spéculative.

Over 300 years of masonic ritual est donc un livre de vulgarisation historico-maçonnique idéal pour débuter le chemin de la recherche historique en maçonnerie car il a le mérite de donner un cadre à tout nouveau cherchant. Il brosse les différentes théories en présence, les différents intervenants et aborde le sujet parfois complexe des sources textuelles de la franc-maçonnerie.

C’est donc mon coup de cœur anglais de 2017 et je vous recommande de vous le procurer immédiatement sur http://www.lewismasonic .co.uk

Allez, bises frat !

Hervé Hoint-Lecoq

[1] http://harmonie699.org/library/historical-documents/

abonnement

Facebook_Rejoignez twitter

 

corde

quisuisje

Publicités

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.