en passant 1er avril : Paru hier dans The Westminster Liar : Découverte du Journal Intime de James Anderson

comptoir

Le petit Landerneau de l’internet maçonnique anglais bruisse depuis hier de la découverte en janvier dernier du Journal Intime de James Anderson.

Paru hier, 31 mars, dans l’édition « Week-end » du Westminster Liar (quel drôle de titre pour un journal), c’est en faisant la rénovation de l’une des plus anciennes maisons de la zone de la rue de Cheapside que la découverte aurait eu lieu.

fc538003570445dd8265210ef8e743a4.0

Usant de différents contacts, nous avons pu nous procurer un exemplaire de l’article de ce journal local (uniquement paru à un faible tirage dans la City de Londres).

Dans cet article, il est ainsi dit que deux maçons : Benabdallah et James (leur nom n’est pas mentionné), auraient découvert en janvier dernier une sorte de malle renfermant divers effets personnels.

N’ayant rien trouvé d’exceptionnel, les deux ouvriers auraient confié cette malle à leur contremaître, qui l’aurait alors laissé de côté durant un mois avant d’en parler à l’architecte des lieux juste avant de la jeter à la benne.

L’architecte, Passé Grand Maître provincial du Buckinghamshire aurait alors exploré ces documents, et aurait, à sa grande surprise reconnu un exemplaire des Constitutions d’Anderson.

Ramenant le « trésor » à son domicile, il aurait alors commencé le catalogage des documents dans l’espoir d’y trouver quelque article à présenter au magazine The Square ou à la Quatuor Coronati Lodge.

Or, c’est en lisant un petit journal « in folio », il aurait eu la stupeur de découvrir de nombreux éléments maçonniques relatifs à la fondation de la franc-maçonnerie à Londres !

Une transcription ayant été réalisée par ses soins, voici ce qu’il en dit :  » Je n’arrive toujours pas à croire ce sur quoi je suis tombé. C’est incroyable ! Nous qui pensions que plus rien ne pouvait être publié sur la franc-maçonnerie des origines sans citer d’autres auteurs, désormais c’est MOI qui serait cité ».

Une analyse plus précise de l’article ne révèle malheureusement pas le nom du Passé Grand Maître Provincial.

Il continue :  » Je suis allé de surprises en surprises dans ce Journal ! Il y a tellement de choses à en dire ! Tout d’abord, sachez, et c’est une exclusivité mondiale ! N’en déplaise aux esprits chagrins, la « fameuse » réunion de 4 Loges dans la taverne L’Oie et le Grill a bien eu lieu ! Et oui ! Alors, certes, celle-ci a eu lieu en 1720, ils n’étaient pas 4 Loges mais 3, et cette réunion était apparemment celle de la dernière chance avant fermeture définitive des travaux des 3 ateliers, mais il est désormais INCONTESTABLE que la franc-maçonnerie anglaise a bien été fondée en 1717 (+/- 3 ans). « 

Quel choc !

L’auteur de l’article révèle également d’autres détails fournis par le Passé Grand Maître Provincial anonyme. Tout d’abord, que la principale raison de l’absence des premiers cahiers de Loges de la Grande Loge de Londres et de Westminster est due à un seul et unique fait : le brandy !

En effet, toutes les tentatives de noter ce qu’il s’était passé durant ces réunions qui eurent lieu en tavernes se sont soldées par un échec, le secrétaire étant trop ivre pour noter quoi que ce soit, ou bien même pour se souvenir de quoi que ce soit le lendemain de la réunion….

Il en va d’ailleurs de même de tous les documents rédigés à l’époque, et l’on comprend ainsi pourquoi la tâche de réaliser des Constitutions fut confiée à deux pasteurs intolérants au brandy (James Anderson et Jean-Théophile Désaguliers).

Contacté par nos soins, le Conservateur du Musée des Francs-Maçonneries (Pierre M.) a déclaré :  » C’est une incroyable nouvelle ! Et d’ailleurs je ne la crois pas. Il est improbable qu’un tel document ait pu survivre aux outrages du temps. Sans compter que les informations révélées relèvent plus de la faribole que de l’information réelle. Toutefois, je vais mobiliser, dans le doute, l’intégralité des Amis du Musée pour scruter sur Abebooks, Ebay, et même oscaro.com si, par hasard, un des documents de cette malle ne serait pas mis en vente par hasard…  « .

Et il n’est pas le seul à s’y intéresser. En effet, c’est par un tweet que la Grande Loge Unie d’Angleterre a confirmé, elle aussi, son intérêt pour cette découverte sur twitter :

cui69N

L’affaire ne fait ainsi que débuter, mais en tout cas celle-ci semble avoir fait l’effet d’une bombe dans le milieu de la recherche maçonnique.

Plus d’informations à venir.

Allez bises frat.

 

NDLR du 2 avril 2019 : Suite à la publication de cet article, de nombreux éléments ont été signalés à notre attention. Tout d’abord le fait que les maçons étant sensés avoir fait la découverte se seraient nommés : Benabdallah Fish et James April. Fish et April semblant être une coincidence troublante, nous avons ainsi continué nos investigations, et, à notre grande surprise, avons découvert que le Journal « The Westminster Liar » n’existait tout bonnement pas !

Imaginez notre surprise !

Nous en sommes donc navrés, mais, malgré ce que nous pensions, tout ceci ne semble être qu’une forgerie aussi convaincante que La Lyre Maçonne, l’introduction historique des Constitutions d’Anderson ou bien les deux discours de Ramsay… Nous en sommes navrés.

Allez… Bises frat !

 

abonnement

Facebook_Rejoignez twitter

corde

quisuisje

page_1_thumb_large