[Exclu] Février 2018, la Grande Loge Unie d’Angleterre est en guerre dans la presse

comptoir

– La Grande Loge Unie d’Angleterre est en guerre dans la presse –

Une fois n’est pas coutume, vous aurez droit aujourd’hui à un article écrit !

L’actualité britannique est tellement explosive qu’il n’était en effet pas possible de passer à côté en attendant d’avoir le temps d’enregistrer un podcast. Mais une version orale sera ajoutée à cet article dès que possible !

Car la franc-maçonnerie britannique est en absolue ébullition et vous n’en avez probablement absolument pas idée !!

Les réseaux sociaux et les journaux britanniques éructent dans tous les sens !

Pour la première fois depuis de nombreuses années, il est en train de se passer une opération de gestion de crise à l’échelle d’un Etat pour la Grande Loge Unie d’Angleterre et tout le monde est sur le pont !!

Mais pour comprendre ceci, revenons au commencement.

 

Le 31 décembre 2017, The Guardian (journal de presse britannique) sous la plume de Vikram Dodd, publie un article sur les allégations de Steve White, représentant sortant de la « Police Federation » qui se plaignait que la Franc-maçonnerie bloquait des réformes au Royaume-Uni[1].

A la lecture de l’article (disponible en note de bas de page à ce podcast comme tous les articles dont je vais vous parler), on comprend surtout que M. White a surtout beaucoup de ressentiment à ce que ses idées ne se soient pas fait entendre à la hauteur de son égo.

Mais The Guardian en rajoute, et dans l’édition du 2 janvier, un article d’opinion se focalise sur le fait que la « fameuse » poignée de main maçonnique devrait inquiéter tout le monde.. wouhhh[2].

David STAPPLES, à la tête de la Grande Loge Unie d’Angleterre en tant que CEO accuse le coup, et après s’être remis du nouvel an, adresse au Guardian et à divers journaux une sorte de droit de réponse[3] pour expliquer que ces accusations sont injustes et qu’au contraire, à chaque fois que des personnes ont fait l’objet de discriminations, la franc-maçonnerie, elle, les avait accueillis à bras ouverts[4] !

Tout aurait pu en rester là, mais, il semblerait qu’au Guardian, on se soit un peu vexé, et qu’on se soit dit « et si on essayait de prolonger le filon… ».

Ainsi, le 4 février, soit un mois après ceci, The Guardian sort une sorte de dossier sur « Intégrité ou Influence : au cœur du monde des Franc-maçons contemporains ». Quoi que, en fait non.. le terme pour désigner les franc-maçons n’est pas « contemporains », mais « modern ». De là à se demander s’il n’y a pas un clin d’œil.. Bref !

En tout cas, ce dossier qui se veut être une enquête, laisse surtout l’impression qu’au Guardian on a la rancune tenace, et d’ailleurs le mot qui se laisse trainer tout l’article est « suspicion ». Franc-maçonnerie ? Suspicion !

Et le même jour, par le même auteur (Ian COBAIN), un nouvel article sort !

Scoop ! Breaking News ! Arrêtez tout !! Deux loges de franc-maçons opèrent secrètement au parlement britannique !

A lire sans attendre la note de bas de page tellement c’est drôle…

Oula !! Quel scoop ! Des loges se réuniraient avec des membres du Parlement et des journalistes ! Ouhhh !! On nous ment ! On nous cache des choses !!!

L’article en lui-même est un chef d’œuvre d’imbécilité, d’inculture et de manque de rigueur journalistique mais le but est atteint : salir ! salir ! salir !

Pour preuve de la rigueur journalistique de l’enquête, l’article révèle la fameuse poignée de main d’un Maître maçon ! A savoir de presser fort dans l’espace entre la deuxième et troisième phalange..

Je vous laisse réfléchir déjà…

Voilà.. vous venez de rigoler un bon coup..

Et je vous laisse compter sur le dessin où se situe le pouce dessiné…

main

Voilà, vous avez tout compris : Ian COBAIN est un génie !!

 

Mais passé la franche rigolade à l’instar de Christopher Hodapp qui republie la vidéo des Monty Python sur les franc-maçons[5], vient tout de même l’amertume. Et la Grande Loge Unie d’Angleterre commence à perdre patience même si elle sourit toujours.

Ainsi, lorsque the Guardian publie un Quiz pour savoir « Y a-t-il une loge secrète de Franc-Maçons à votre lieu de travail », le compte twitter de la GLUA passe le test, et révèle qu’effectivement, à la Grande Loge Unie d’Angleterre, il y a bien des loges sur leur lieu de travail !

Mais tout de même, le 5 février [6] , elle fait une lettre pour se plaindre au Guardian sur leur « code éditorial » notamment pour toutes les âneries que l’article du 4 février contient.

Tout d’abord, le fait que ces deux loges ne se réunissent pas à Westminster (au Parlement donc), mais à Camden, au siège de la GLUA.

Ensuite, que ces loges « secrètes » ne contiennent aucun journaliste, contrairement à ce qui a été dit, puis que, d’ailleurs, ces loges sont tellement secrètes qu’elles possèdent une page Wikipedia depuis 12 ans…

Enfin, ces deux loges seraient selon The Guardian d’un effectif de 30 à 40 membres parlementaires, alors qu’en réalité, dans une, il n’y en a aucun, et dans l’autre, il y en a 4 sur 22 membres…

La GLUA commence donc à s’énerver et à demander le retrait de l’article par la publication d’un autre article qui confirme qu’il n’y a aucun journaliste dans ces loges et que les parlementaires ne se réunissent pas en secret au Parlement. Sans compter un bon gros message d’excuses…

Mais le problème c’est que des personnes raisonnables et des journalistes honorables auraient pris les faits, les auraient réétudiés, et auraient conclu qu’effectivement ils avaient fait une erreur…

Sauf qu’au Guardian, apparemment, il n’y a pas de personnes raisonnables et de journalistes honorables..

Et comme la lettre a été envoyée le 5 février.. Elle est publiée le 6 février.. Sauf qu’entre temps… Le 5 février à 18h45, un article, si l’on peut appeler cela un article, est publié sur le site du Guardian sous la plume d’une « columnist » du nom de Dawn Foster[7].

Et si vous pensiez que les précédents articles étaient plein d’âneries.. Celui-ci est un feu d’artifice de prise de positions personnelles motivées par absolument rien du tout de factuel.

L’auteur mélange dans un même fichier word le fait qu’elle est une femme, donc selon elle, elle ne peut pas être franc-maçon, le fait qu’elle est catholique, donc selon elle, elle ne peut pas être franc-maçon, mais ce qui est plus inquiétant c’est que, selon elle, être franc-maçon revient à une impossibilité d’exercer toute fonction publique !

Car selon elle, tout fonctionnaire se devrait de signaler s’il est franc-maçon, et le fait que ceci n’ait jamais été possible malgré les tentatives vouées à l’échec de la police est totalement scandaleux !

Oui, vous m’avez bien entendu. Nous sommes en 2018, et une journaliste d’un journal indépendant dans une démocratie d’Europe de l’Ouest se lamente qu’il ne soit pas possible de lister les franc-maçons et de les interdire de fonctions publiques !

« Asking public servants to either confirm they are not a member of a masonic organisation or to be open when they are won’t fully excise the backroom deals or the stench of privilege. The police have attempted for many years to impose such a stricture, with apparently limited effect. Still, it would signal intent. »

Pour nous, franc-maçons français, nous pouvons déjà entendre dans ces propos le bruit des bottes et  les archives volées dans les obédiences durant la seconde guerre mondiale…

Mais là, une ligne a été franchie ! Et la GLUA dit STOP ! Enough is Enough !

Elle publie alors sur son site une lettre de David STAPPLES pour demander que cesse la campagne de presse intolérable qui a lieu contre la franc-maçonnerie en général et les franc-maçons en particulier[8].

Soulevant le fait que cette bande de mécréants que nous sommes a levé au Royaume-Uni près de 33 millions de pounds l’an dernier, il demande que cesse la campagne de discrimination qui est en cours contre ses membres.

Oui, vous avez bien entendu : « discrimination ».

Car aucune association ne tolérerait d’être autant stigmatisé, et la maçonnerie non plus !

Et que, d’ailleurs, elle s’en est plainte à la Equality and Human Rights Commission, qui est en fait un organisme non gouvernemental en Angleterre qui lutte contre les discriminations.

Mais la GLUA ne s’arrête pas là, elle annonce que durant les 6 mois à venir, une série de réunions d’informations seront organisées dans tout le pays pour expliquer ce qu’est la franc-maçonnerie, ce qu’elle fait, et qui nous sommes.

Notez donc que nous allons en avoir pour au moins 6 mois de communication effrénée de la Grande Loge Unie d’Angleterre !

Et là, on pourrait se dire que les choses vont se tasser encore.. David Stapples demande à ce que si qui que ce soit a une question sur la FM, qu’il n’hésite pas à le contacter personnellement au siège de la GLUA (Freemasons’ Hall, 60 Great Queen Street, London WC2B 5AZ).

Sauf que.. nous sommes le 7 février.. et la GLUA a décidé de taper des deux poings sur la table.

Elle a ainsi acheté des pages publicitaires dans le Times, le Daily Telegraph, et même le Guardian pour faire publier de force ce message dans la presse !

ET IMMÉDIATEMENT les réseaux sociaux qui avaient déjà commencé à frémir s’emballent !

On voit des dizaines et des dizaines de comptes twitter de loges, de chapitres, et de maçons relayer le message « enough is enough ». Des dizaines et des dizaines de frères publient des messages pour affirmer leur fierté d’être franc-maçon, ce que ça leur apporte, etc.

La BBC sent qu’il se passe quelque chose[9], et David STAPPLES passe à l’antenne. Il passe d’ailleurs sur plein d’antennes, et même en confrontation avec Dawn Foster qui, si l’on en croit son compte twitter, semble un peu perdue face à ce déferlement de maçons qui la contactent pour lui dire le fond de leur pensée.

Et là, c’est la guerre !

The Guardian passe un peu pour une bande d’idiots, et n’a que deux solutions : s’entêter ou avouer avoir fait preuve de manque d’éthique.

Naturellement, ils s’entêtent, et, ne sachant plus trop quoi dire, ils ressortent des archives poussiéreuse un rapport d’un évêque anglais de 1987 (Christopher Cocksworth) qui, à l’époque où les téléphones portables n’existaient même pas, se posait la question de savoir si on pouvait être franc-maçon et chrétien..

Et oui ! Il faut faire peur ! Car l’article en lui-même ne sert à rien. Il n’apprend rien. Il ne délivre rien. Il est juste là pour distiller un doute sur la moralité de la maçonnerie. On oppose ainsi la moralité chrétienne à la moralité des maçons…

Et là, les cautions morales sortent à leur tour du bois.

Successivement, le même jour, trois pointures de la maçonnerie britannique publient des articles pour expliquer les choses telles qu’elles les voient.

Dans The Independant[10], Robert Lomas, auteur de La Clé d’Hiram, explique ce qu’est pour lui la franc-maçonnerie. Et véritablement, cet article tient en deux pages, mais est un petit bijou de simplicité ! Il explique très bien les choses, témoigne de son vécu, et résume l’action maçonnique en peu de mots.

Dans « I News », John Hamill, l’historien et ancien Conservateur de la GLUA si je ne m’abuse, signe un papier sous forme de « comment » sur « Pour la défense de la franc-maçonnerie, par un franc-maçon »[11] ; mais également Christine CHAPMAN qui n’est rien de moins que la Grande Maîtresse de l’HFAF qui se trouve être l’une des branches de la franc-maçonnerie britannique féminine, et qui signe à son tour un papier sur « Pourquoi je suis fière d’être une femme franc-maçon ».

Mais la tournée des plateaux télé continue[12] !

Et une première victoire est engrangée par la GLUA ! A savoir le retrait d’un article du Mirror[13] qui était en fait écrit par la « Press Association » à partir d’un article du .. GUARDIAN !

Et pourquoi cet article a-t-il était supprimé du site du Mirror ? Et bien parce que les informations fournies contenaient des « significant inaccuracies ».

En gros l’article du Guardian contenait de fausses informations, et l’éthique journalistique ne permettait pas de le conserver en ligne. Le Guardian appréciera… Et va certainement se venger…

Alors bien évidemment, ces faits évoluant très vite, je n’hésiterai pas à vous en raconter la suite sur Radio Libre et de Bonnes Mœurs, avec notamment cette interview de David Stapples qui a eu lieu aujourd’hui et où le journaliste a demandé ce que voulait dire le mot  » T…. » (que je ne prononcerai pas)

Et là.. David Stapples n’a pas répondu.. Il a même refusé de répéter le mot…

Prêter un serment en 2018. C’est ça.

 

Allez ! Bises frat. !

 

[1] https://www.theguardian.com/uk-news/2017/dec/31/freemasons-blocking-reform-police-federation-leader

[2] https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/jan/02/secret-handshake-police-freemasons

[3] https://www.theguardian.com/uk-news/2018/jan/04/freemasons-are-not-blocking-reform-in-the-police-federation

[4] https://www.theguardian.com/uk-news/2018/jan/04/freemasons-leader-rejects-claim-group-is-blocking-police-reform

[5] http://freemasonsfordummies.blogspot.fr/2018/02/shocked-guardian-discovers-freemasons.html

[6] http://www.freemasonrytoday.com/ugle-sgc/ugle/letter-of-complaint-to-the-guardian-newspaper

[7] https://amp.theguardian.com/commentisfree/2018/feb/05/freemasons-masons

[8] http://www.freemasonrytoday.com/ugle-sgc/ugle/enough-is-enough

[9] http://www.bbc.com/news/uk-42986319

[10] http://www.independent.co.uk/voices/freemasons-discrimination-handshake-secret-society-women-latest-a8200721.html?amp&__twitter_impression=true

[11] https://inews.co.uk/opinion/comment/defence-freemasonry-freemason/

[12] http://www.lbc.co.uk/radio/presenters/nick-ferrari/freemasons-boss-reveals-what-really-goes-on/

[13] http://www.freemasonrytoday.com/ugle-sgc/ugle/mirror-removes-inaccurate-article-following-ipso-complaint

 

 

 

abonnement

Facebook_Rejoignez twitter

 corde

quisuisje

Publicités

2 commentaires

Les commentaires sont fermés.