Interview de David Le Dû

Vodka martini
Glass of martini drink on bar table in candle light
david mp3-icon

interviewskype

corde

affiche-bnf-2016-gd

La franc-maçonnerie
Exposition du 12 avril au 24 juillet 2016 à la BnF I François Mitterand
Quai François-Mauriac, Paris XIIIe, Galerie 2
en partenariat avec le musée de la franc-maçonnerie

La Bibliothèque nationale de France, qui conserve l’un des plus importants fonds maçonniques au monde, consacre une exposition majeure à la franc-maçonnerie française. En partenariat avec le Musée de la franc-maçonnerie, elle présente plus de 450 pièces, certaines encore jamais montrées, issues des collections de la Bibliothèque mais aussi des principales obédiences françaises ou de prêts étrangers exceptionnels. Les origines de la franc-maçonnerie, l’histoire de son implantation en France, ses symboles et rituels, ses contributions dans de multiples domaines – politique, religieux, artistique et philosophique – enfin l’évocation des légendes qui lui sont attachées constituent le parcours de cette exposition dont l’ambition est de faire comprendre, dans un esprit didactique, ce qu’est la franc-maçonnerie.

L’exposition s’attache d’abord à retracer les origines – encore en partie mystérieuses – de la franc-maçonnerie moderne. Comment, au cours du XVIIe siècle en Grande-Bretagne, une confrérie de métier s’est-elle transformée en une société de rencontres et d’échanges ? Des documents exceptionnels, tels les manuscrits médiévaux des Anciens Devoirs datant de 1390 et 1425, ont été prêtés par la British Library. La Grande Loge d’Écosse a accepté de montrer les fameux Statuts Schaw de 1599 ou le premier « livre d’architecture » (registre de procès-verbaux) connu d’une Loge remontant à la fin du XVIe siècle… qui quitteront Édimbourg pour la première fois.

Communiqué de presse

Informations sur le site de la BNF

corde

affiche-templiers-francs-macons

Romans, « polars », magazines, films… les Templiers sont – encore – parmi nous !

Lorsqu’il mourut sur le bûcher le 18 mars 1314, le dernier Grand Maître des Templiers, Jacques de Molay, pensait certainement que s’éteignait avec lui l’ordre des pauvres chevaliers du Christ. Pourtant, quatre cents ans après, au temps de Voltaire et Rousseau, certains groupes secrets prétendirent être la survivance cachée de l’ordre du Temple injustement persécuté. Des Loges maçonniques affirmaient en effet que quelques chevaliers qui avaient échappé à la persécution s’étaient réfugiés dans la lointaine Écosse et avaient survécu jusqu’au XVIIIe siècle sous le voile de la franc-maçonnerie. Le mythe de la survivance secrète des Templiers était né.

Du 12 avril au 23 octobre, le musée de la franc-maçonnerie revient sur ce mythe et présente au public son exposition : Templiers et francs-maçons, de la légende à l’histoire. Le visiteur pourra découvrir cette Maçonnerie templière qui reste un des phénomènes les plus singuliers du siècle des Lumières et qui s’avère être une des sources du romantisme. Parmi les œuvres exceptionnelles et jamais exposées : un extraordinaire manuscrit enluminé de la Stricte Observance Templière allemande daté de 1775, des tabliers, objets rituels, épées et bijoux maçonniques, estampes, manuscrits ésotériques, etc.
Dans le huis clos des Loges, les francs-maçons ont voulu restaurer les fastes de l’ordre du Temple.

« Une idée fausse est un fait réel », disent les historiens. Peu importe que la survivance des Templiers soit, ou non, une invention. En marge de l’orthodoxie des Églises et de l’histoire profane, la légende templière a créé un lieu accueillant aux spéculations les plus diverses. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, depuis trois siècles, dans la littérature ou dans les mouvements ésotériques, les Templiers abritent dans les plis de leurs grands manteaux, pour le meilleur ou − parfois − pour le pire, la « queste » des hommes qui, aujourd’hui comme hier, se sentent étrangers dans un monde trop profane.

Le Musée de la franc-maçonnerie est partenaire la grande exposition sur la franc-maçonnerie organisée par la Bibliothèque Nationale de France (12 avril-23 juillet 2016)

Informations pratiques
Musée de la franc-maçonnerie, 16 rue Cadet, 75009 PARIS
Métros : Cadet (ligne 7) ou Grands Boulevards (lignes 8, 9) Station Vélib’ : Cadet (24-26 rue Cadet)

abonnement

Facebook_Rejoignez twitter

 corde

quisuisje

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s